• Agrandir la taille du texteRéduire la taille du texte
  • Imprimer

UNE NOUVELLE ÉTUDE DÉMONTRE QU’IL FAUT FAIRE PREUVE DE PRUDENCE DANS L'ARRÊT DU MAINTIEN ARTIFICIEL DE LA VIE EN CAS DE TRAUMATISME CRANIOCÉRÉBRAL

  • Date : 2011-08-29
  • Type : Actualité

Québec, le 29 août 2011 - Une étude parue dans la dernière édition du Journal de l'Association Médicale Canadienne (CMAJ), dirigée par le Dr Alexis Turgeon, intensiviste, anesthésiologiste et chercheur régulier à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec (CHA), révèle que la mortalité chez les victimes de traumatisme craniocérébral grave est associée à une incidence élevée de l’arrêt du maintien artificiel des fonctions vitales. La mortalité et l'incidence de l’arrêt du maintien artificiel des fonctions vitales étant variable d’un centre hospitalier à l’autre, les auteurs recommandent de faire preuve de prudence au moment de prendre une telle décision. (Lien vers l’étude) http://www.cmaj.ca/lookup/doi/10.1503/cmaj.101786

Le traumatisme craniocérébral est la principale cause de décès et d’invalidité chez les patients âgés de 45 ans et moins. Dans le cas des patients hospitalisés pour de tels traumatismes, la décision de cesser le maintien artificiel des fonctions vitales est une décision prise par les médecins et les membres de la famille sur la base d'un pronostic pessimiste, l’expérience des médecins, les volontés ou les croyances du patient. Il existe toutefois peu d’outils fiables permettant de prédire les déficits neurologiques et l’évolution de l’état de santé de ces patients à long terme avec certitude.

Une équipe multicentrique de chercheurs canadiens a étudié le taux de mortalité global lié à l’arrêt du maintien artificiel des fonctions vitales de patients souffrant de traumatisme craniocérébral grave dans six centres tertiaires de traumatologie du Québec, de l’Ontario et de l’Alberta. Les chercheurs ont passé en revue les dossiers de 720 patients âgés de plus de 16 ans, dont 77 % étaient des hommes. Ils ont constaté que les accidents de la route constituaient la principale cause de blessures (57 %), suivis des chutes (31 %) et des voies de fait (8 %).

Les chercheurs ont observé une importante variation du taux de mortalité, oscillant d’un centre à l’autre entre 11 et 44 %. En moyenne, 70 % des décès (taux variant de 64 % à 76 %) étaient associés à l'arrêt du maintien artificiel des fonctions vitales, dont environ la moitié des décès sont survenus en moins de trois jours.

«Nous avons constaté que la plupart des décès attribuables à plusieurs lésions cérébrales sont survenus par suite de l’arrêt du maintien artificiel des fonctions vitales et que le taux d’arrêt du maintien des fonctions vitales varie grandement entre les centres tertiaires de traumatologie. Nous avons également observé une grande variabilité de la mortalité entre les hôpitaux. Or, cette fluctuation soulève l’inquiétude dans la mesure où elle peut être le résultat des divergences quant à la perception des médecins à l’égard du pronostic à long terme ainsi que des pratiques qui amènent les médecins à recommander l’abandon du maintien artificiel des fonctions vitales», a expliqué le Dr Alexis Turgeon.

Les auteurs concluent qu’il faut faire preuve de prudence pour établir le pronostic des patients souffrant d’une lésion traumatique cérébrale et pour recommander l’arrêt du maintien artificiel des fonctions vitales, du moins jusqu’à ce que nous disposions d’outils plus précis pour établir un diagnostic.

«Bien que l’on attribue la variabilité du taux d’arrêt du maintien artificiel des fonctions vitales aux préférences et souhaits des patients, cette étude abonde dans le même sens qu’une quantité croissante de recherches soutenant que les pratiques médicales et la culture propre à chaque centre de soins de santé peuvent jouer un rôle d’égale importance », précisent les Drs David Livingston et Anne Mosenthal, du Service de chirurgie, au New Jersey Medical School, dans un commentaire à ce sujet. (Voir le lien) : http://www.cmaj.ca/lookup/doi/10.1503/cmaj.110974

Ils suggèrent que l'importante variabilité observée entre les centres tertiaires de traumatologie pourrait être secondaire à la façon dont les médecins gèrent l’incertitude quant à l’évolution de l’état de santé à long terme du patient souffrant d’un traumatisme craniocérébral grave et la communication de cette incertitude aux familles et aux proches.

 

À propos du chercheur

Le Dr Alexis Turgeon est un spécialiste en soins intensifs et un spécialiste en anesthésiologie à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus du CHA, et chercheur principal de cette étude pancanadienne. Il est professeur adjoint à la division de soins intensifs et au Département d'anesthésiologie de l'Université Laval, chercheur régulier au Centre de recherche FRSQ du CHA dans l'axe de recherche Traumatologie - Urgence - Soins Intensifs et chercheur boursier du Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ). Cette étude, effectuée en collaboration avec des cochercheurs de plusieurs centres de traumatologie au Québec et au Canada, fait partie d'un vaste programme de recherche sur l'évaluation pronostique des victimes de traumatisme craniocérébral grave qu'il dirige.

 

À propos du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec

Constitué de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus et de l’Hôpital du Saint-Sacrement, le Centre hospitalier affilié universitaire de Québec offre à la clientèle de la région de la Capitale-Nationale et de l’Est-du-Québec des soins généraux, spécialisés et ultraspécialisés. Affilié à l’Université Laval, le CHA détient une mission de soins, d’enseignement et de recherche. Notons que le CHA dispose de plus de 710 lits de soins, répartis dans les deux hôpitaux aux vocations complémentaires. Ces vocations sont d’ailleurs soutenues par près de 5 000 employés comprenant 560 médecins, pharmaciens et dentistes répartis dans 14 départements et 35 services cliniques. Pour en savoir davantage au sujet du CHA, consultez le site Internet cha.quebec.qc.ca.

 

– 30 –

 

Pour renseignements :    Geneviève Dupuis
                                         Adjointe à la directrice générale et responsable des communications du CHA
                                         418 649-5587

 

Cliquez sur les images pour ouvrir les fichiers PDF.

 

Voici quelques médias électroniques médicaux qui ont sorti la nouvelle:

http://tva.canoe.ca/stations/cfcm/nouvelle/20110829.html#165128

http://www.radio-canada.ca/emissions/maisonneuve_en_direct/2011-2012/chronique.asp?idChronique=170742

http://www.radio-canada.ca/audio-video/#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2011/CBF/LesAnneeslumiere201109041305_2.asx&pos=0

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/201108/30/01-4429987-traumatisme-craniocerebral-debranche-t-on-trop-rapidement.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS4

http://lejournaldequebec.canoe.ca/journaldequebec/actualites/sante/archives/2011/08/20110829-184552.html

Entrevue au 98,5 FM, Puisqu’il faut se lever avec Paul Arcand: Durée : 7:54 http://bit.ly/nn04QW


http://www.radio-canada.ca/audio-video/#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2011/RDI2/2011-08-30_11_30_00_tj_004_500.xml&pos=0
http://www.radio-canada.ca/emissions/24_heures_en_60_minutes/2011-2012/archivage.asp
(Avancez le curseur à 27 :54 pour l’entrevue du Dr Turgeon)


http://www.lfpress.com/life/healthandfitness/2011/08/30/18619261.html


http://www.acep.org/Content.aspx?id=81436


http://www.ehospitalistnews.com/single-view/support-withdrawal-causes-most-deaths-after-tbi/f3409f41da.html


http://www.medicalnewstoday.com/articles/233577.php


http://braininjurysolicitor.org/news/more-thought-needed-in-traumatic-brain-injury-life-support-withdrawal-study-shows/


http://www.mhcmc.org/174-death-dying/news/140036-use-caution-in-ending-life-support-for-brain-injured-experts-say


http://www.docguide.com/withdrawing-life-support-traumatic-brain-injuries-needs-cautious-approach?tsid=5


http://vancouver.24hrs.ca/Lifestyle/2011/08/30/18619341.html


http://www.edmontonsun.com/2011/08/30/study-urges-caution-when-taking-brain-injured-patients-off-life-support
 
http://www.ottawasun.com/2011/08/30/study-urges-caution-when-taking-brain-injured-patients-off-life-support
 
http://www.winnipegsun.com/2011/08/30/study-urges-caution-when-taking-brain-injured-patients-off-life-support
 
http://www.calgarysun.com/2011/08/30/study-urges-caution-when-taking-brain-injured-patients-off-life-support
 
http://libear.insanejournal.com/11705.html


http://worldbookandnews.com/medical-news/neurology.html

http://health.usnews.com/health-news/family-health/brain-and-behavior/articles/2011/08/29/use-caution-in-ending-life-support-for-brain-injured-experts-say

http://in.news.yahoo.com/caution-ending-life-support-brain-injured-experts-160605712.html

http://www.usnews.com/mobile/articles_mobile/use-caution-in-ending-life-support-for-brain-injured-experts-say

http://www.healthfinder.gov/News/newsstory.aspx?docid=656255

http://medicalxpress.com/news/2011-08-life-traumatic-brain-injuries-cautious.html

http://www.medpagetoday.com/CriticalCare/HeadTrauma/28256

http://www.internalmedicinenews.com/news/neurology/single-article/support-withdrawal-causes-most-deaths-after-tbi/f3409f41da.html

http://health.yahoo.net/news/s/hsn/usecautioninendinglifesupportforbraininjuredexpertssay

‹ Retour